Actualités

SISM 2021:: Santé mentale et droits

La 32ème édition des Semaines d’Information sur la Santé Mentale aura lieu du lundi 4 au dimanche 17 octobre 2021, autour de la thématique suivante : « Santé mentale et respect des droits ».

 Argumentaire

Dans notre société, chaque personne a accès aux mêmes droits universels et les institutions doivent en garantir le respect. La citoyenneté relève donc à la fois d’une responsabilité individuelle et collective.  Lorsque ces droits sont bafoués, lorsque je subis des discriminations, ma citoyenneté est niée et ma santé mentale peut être perturbée. Si je vis avec des troubles psychiques, le non-respect de mes droits comme la liberté d’aller et venir, la dignité, l’accès aux soins, au logement, au travail, etc. peut aggraver mes problèmes de santé mentale. Les personnes concernées par les troubles psychiques sont souvent confrontées à la stigmatisation, ce qui accroît les risques de violation de leurs droits, notamment par des actes de discrimination. Lutter contre les discriminations et garantir le respect des droits, c’est reconnaître et promouvoir la pleine citoyenneté de chaque personne, quel que soit son âge, son état de santé ou son handicap.

Ouvrons le débat ! 

Programme-SISM-2021

Pass-sanitaire COVID-19

A compter du 09 août 2021, le Pass Sanitaire est obligatoire pour les visiteurs de plus de 18 ans sur le site de l’hospitalisation au 1 route de Chanteau à Fleury les Aubrais.

 

Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme du 02 avril

A l’EPSM Daumézon, l’offre de soins autisme adulte et enfant s’articule autour d’un premier niveau de diagnostic simple et de prise en charge de proximité dans les CMP et CATTP.

Deux centres de référence complètent le dispositif :

  • Le Centre de Diagnostic et d’Accompagnement précoce de l’Autisme du Loiret (CDAA-45)
  • Le Centre de Jour pour Personnes Autistes Adultes à partir de 16 ans

 

Le Centre de Diagnostic et d’Accompagnement précoce de l’Autisme du Loiret (CDAA-45)

Le CDDA 45 a pour mission le dépistage et le diagnostic précoce du trouble du spectre de l’autisme, l’accompagnement des parents et des équipes soignantes intervenant auprès de l’enfant en proposant des orientations thérapeutiques adaptées et une mission d’information-formation-animation du réseau.

Plaquette de présentation du CDAA 45

Livret présentation des missions de l’équipe

 

Le Centre de Jour pour Personnes Autistes Adultes

Le CJPAA est un hôpital de jour qui accueille les personnes atteintes du trouble du spectre autistique à partir de 16 ans.
Le lieu, loin des tumultes de la ville et en dehors de l’EPSM a été choisi en raison de son calme. La maison est de petite taille afin de proposer des soins à dimension humaine. Les patients accueillis au CJPAA ont des troubles autistiques stabilisés et nécessitent une prise en charge personnalisée qui respecte leurs différences. En 2019, le CJPAA intègre le Pôle de Soins Spécifiques. Toujours soucieux d’une prise en charge singulière, il s’ouvre à l’ensemble du département et offre une diversité de soins adaptés à chacun par le biais de médiations thérapeutiques dans le cadre d’un projet de soins individualisé. Le CJPAA prend en considération la personne dans tous les aspects de sa vie.

La prise en charge globale des patients nécessite un tissage de liens à trois niveaux : les familles (naturelles ou thérapeutiques), les partenaires externes (FAM, IME, associations diverses…) et l’EPSM Daumézon. Les missions du CJPAA (Centre De Jour et ambulatoires)permettent  une prise en charge sur des axes essentiels : assurance de soins de qualité, soutien auprès des familles et des institutions, et réalisation des projets individualisés.

Plaquette de présentation du CJPAA

Rénovation de l’unité d’hospitalisation Chaslin : l’architecture au service d’une psychiatrie moderne

La rénovation de l’unité d’hospitalisation Chaslin répond aux besoins d’une prise en charge psychiatrique moderne  : des lieux de vie lumineux, un confort hôtelier, des espaces ouverts sur l’extérieur…Tout en intégrant la dimension de sécurité et un cadre de travail agréable pour les soignants.

Validation du Projet Territorial de Santé Mentale du Loiret

Le Projet Territorial de Santé Mentale du Loiret a été finalisé en 2020 par la Communauté Psychiatrique de Territoire (CPT), présidée par le Directeur de l’EPSM Georges Daumézon. Soumis pour avis au Conseil Territorial de Santé le 20 novembre, puis au Conseil de Santé Mentale de l’Agglomération Orléanaise le 3 décembre, les deux instances de démocratie sanitaire ont salué la qualité du travail réalisé par les acteurs de la psychiatrie et de la santé mentale du département. La CPT réunit en effet des établissements de santé publics et privés, des associations d’usagers, des établissements médico-sociaux, des professionnels de santé libéraux ainsi que les collectivités territoriales.

La feuille de route, structurée autour d’un diagnostic et d’une trentaine d’actions et de projets concrets, acte la volonté de poursuivre une démarche collective pour penser et structurer les parcours et leur évolution.

  • Un diagnostic territorial partagé pour identifier les principaux points de difficulté dans les parcours de soins

Le diagnostic territorial a permis aux différents acteurs d’échanger à partir de données statistiques et épidémiologiques, mais aussi de leurs constats qualitatifs sur les problèmes psychiques des populations du territoire et des réponses apportées. Il fait ressortir les priorités suivantes :

  • Favoriser la prévention et les interventions précoces, notamment pour les personnes en début de maladie (16-35 ans).
  • Développer une prise en charge globale et l’inscrire dans une notion de parcours, notamment grâce à l’articulation avec la médecine de ville.
  • Améliorer la réactivité afin de limiter les délais d’accès en CMP dans un contexte de démographie médicale contrainte.
  • Instituer une culture commune comme facteur d’inclusion et d’accès aux soins, au moyen de modalités de transmission d’informations adaptées et grâce à la formation des acteurs sur les spécificités de la prise en charge de la personne en santé mentale.

 

  • Des orientations stratégiques pour initier des dynamiques de coopérations
  • Améliorer la prévention des situations en amont de la crise et la prise en charge coordonnée au moment de la crise
  • Améliorer l’accès aux soins psychiatriques et somatiques et assurer l’égalité d’accès aux soins sur le territoire
  • Favoriser le rétablissement en faisant de l’usager un acteur de ses soins et par une prise en charge globale visant à l’insertion et l’inclusion.

 

  • Une feuille de route : point de départ d’une action renforcée pour améliorer les parcours de santé mentale

31 fiches actions structurent la feuille de route autour des notions d’ « aller vers » et d’empowerment. A titre d’illustration :

  • Promouvoir la formation croisée entre les différents professionnels afin d’élargir les champs de compétence pour mieux répondre au repérage et à l’orientation
  • Développer la réhabilitation psychosociale pour faciliter l’intégration dans la vie des personnes en situation de handicap psychique
  • Favoriser la mobilité des équipes et l’intervention précoce à domicile
  • Développer la prise en charge du psycho-traumatisme.

Support de présentation PTSM du Loiret 2021-2025

MOIS SANS TABAC

De gauche à droite, un panel du comité de pilotage « Lieu de Santé Sans Tabac » : Malina Sassady, infirmière en tabacologie ; Patricia Dagorn, infirmière à l’unité de crise Van Gogh ; Docteur Sophie Lapujoulade, chef de projet ; Docteur Brigitte Métadieu ; Marinette Debray, cadre de santé filière addictologie.

Mardi 06 octobre 2020, à l’EPSM Daumézon, le Docteur Sophie Lapujoulade, chef du projet « Lieu de Santé Sans Tabac » a lancé officiellement le début des actions du « Moi(s) sans Tabac 2020 », opération nationale qui propose une aide pour arrêter de fumer durant tout le mois de novembre.

Au programme pour lancer le compte à rebours : la conférence du docteur Brigitte Métadieu, médecin tabacologue et addictologue, également experte auprès du RESPAAD et de l’HAS.

Autour du thème « Comprendre le patient fumeur en psychiatrie et agir », le Docteur Métadieu a insisté sur l’importance de communiquer sur des idées claires et des contres vérités. Notamment que « la nicotine n’est pas cancérigène » et que « les pics de la nicotine inhalée entretiennent la dépendance ».

Le Docteur Métadieu a également distillé des conseils plus pratiques auprès des professionnels de l’EPSM présents, un auditoire restreint pour respecter les mesures de prévention sanitaire.

Avoir à disposition, par exemple, les différents traitements nicotiniques de substitution comme les patchs, les pastilles ou les inhaleurs pour que les patients puissent mieux les appréhender en les visualisant.

La question du vapotage a également été abordée. De son expérience avec l’association « La Vape du cœur », le Docteur Métadieu rapporte que la vapoteuse « est un produit d’appel pour aller vers le sevrage ».

Une conférence riche d’informations et d’échanges aussi bien pour les professionnels que pour ceux qui avaient envie d’approfondir leurs connaissances.

Voir plus

Où consulter ?

Enfants & Ados Adultes




  • Le GHT
  • Annuaires
  • Plan d’accès et contact
  • Plan du site
  • Mentions légales